365 portraits

Oil on unprepared paper

6/11 cm

Andata Ritorno 2019

365 est une performance réalisée entre le 14 octobre 2017 et le 14 octobre 2018.

J'ai réalisé, tous les matins, pendant une année, un portrait.

Cela représente 1h30 de travail. Après cela, je reprenait mes activités, à savoir la réalisation de grandes pièces, des portraits également, à l’huile sur toile.

 

Chaque personne a été prise en photo avec mon i-phone. Chaque jour, je capturais des visages en vu de les enfermer dans ce petit rectangle. Parfois les images étaient plus anciennes.  Je connais la plupart des personnes sélectionnées parmi les centaines d’images.

 

Le choix du format est une manière de mettre à l’épreuve ma dépendance au gigantisme.

La technique est un choix arbitraire.

L’idée de ne plus poser la question du format ni de la technique, avant de commencer à faire, s’est avéré très reposante et induisait un état méditatif.

Être dans le faire, quoi qu’il arrive, sans états d’âme.

 

La régularité est une épreuve. Elle m’a apporter une belle satisfaction.

Comme une respiration, les portraits se multipliaient de jour en jour, apparaissaient sur le mur de l’atelier.

Obsessionnellement, j’approchais les visages sous des angles variés.

Ces visages que j’ai fait miens forment une collection.

 

Je peins, comme une tour traversée par le vent, laissant passer en moi les histoires des autres.

Après une année, je ne mesure pas ce qui s'ouvre à moi pour toujours.

 

Il existe 4 intrus. Un bébé, un singe, un portrait de jeune fille de Rubens et un non finito au front couleur papier.

_________

365 is a performance made between 14 October 2017 and 14 October 2018.

Every morning for a year, I made a portrait.

This represents 1h30 of work. After that, I went back to my activities, namely the realization of large pieces, also portraits, in oil on canvas.

 

Each person was photographed with my i-phone. Every day I captured faces and put them in this little rectangle. Sometimes the pictures were older.  I know most of the people selected from the hundreds of images.

 

The choice of format is a way of testing my addiction to gigantism.

The technique is an arbitrary choice.

The idea of not asking the question of format or technique before starting to make proved to be very relaxing and induced a meditative state.

To be in the act, no matter what, without any qualms.

 

Regularity is a test. It gave me a beautiful satisfaction.

Like a breath, the portraits multiplied day by day, appearing on the wall of the studio.

Obsessively, I approached the faces from various angles.

These faces that I have made my own form a collection.

 

I paint, like a tower crossed by the wind, letting the stories of others pass through me.

After a year, I don't measure what opens to me forever.

 

There are four intruders. A baby, a monkey, a portrait of a young girl by Rubens and an unfinished one with a paper-coloured forehead.